Les maisons

Les signes astrologiques sont des archétypes cosmiques, alors que les maisons astrologiques expriment les informations inhérentes à l’environnement tellurique et relèvent donc du plan de contingence.

Les maisons sont les projections temporelles des archétypes célestes que sont les signes. Les maisons correspondent donc aux contingences de la vie quotidienne : la personnalité, les finances, le mariage, les enfants....

Contrairement aux signes qui sont représentés par des symboles imagés, les maisons sont simplement représentées par des nombres et le seul aspect ésotérique des maisons relève de la numérologie.

On peut comparer les maisons à des lieux de manifestation et d’expression de l’énergie des signes.

Nota. — l’étude des maisons s’accorde davantage à une démarche intellectuelle alors que l’étude des signes nécessite une démarche plus intuitive. Ainsi l’Astrologue doit-il harmoniser les courants de son cœur (observation des signes) et de son cerveau (étude des maisons).

L’étude des maisons peut se faire de trois manières :

  • étude des corrélations réciproques : on classe les maisons par catégories en étudiant ce qui les différencie ou ce qu’elles ont de commun. Ex: les maisons angulaires, les maisons feu...
  • étude des contingences spécifiques qu’elles régissent au cours d’une vie. Ex: la naissance, l’enfance, la famille...
  • étude de leur utilisation spécifique en astrologie médicale.

 

Classement binaire

Les six maisons placées au-dessus de l’horizon (ligne formée par l’AS et le DS) désignent le monde manifesté (côté lumière) ; les six maisons placées en dessous de l’horizon sont en liaison avec le monde latent (côté nuit).

 

Les six maisons placées à l’est (à gauche de la ligne FC-MC) correspondent à un domaine de préparation et de construction ; les six maisons placées à l’ouest sont du domaine de la réalisation et de la récapitulation.

 

Classement ternaire

1. Maisons angulaires ou cardinales : I – VII et IV – X

Elles sont en rapport avec les signes cardinaux et expriment des valeurs de temps.

  • la I exprime le début d’une manifestation individualisée (naissance).
  • la VII exprime le début d’une phase collective (ou la première démarche vers l’autre).
  • la IV correspond au passé, à l’origine, à la cause de l’incarnation, l’infini d’où l’on vient et où l’on retourne. Elle indique les périodes latentes, les phases de réserve et de récupération.
  • la X correspond au futur, au but, à la maturité des choses et à l’exploitation des forces latentes.

Nota. — la I et la VII correspondent à des instants tandis que la IV et la X correspondent à des durées.

 

2. Maisons succèdentes ou fixes : II – VIII et V – XI

Elles sont en rapport avec les signes fixes et expriment des rapports de quantité (de matière et d’énergie).

  • la II correspond à l’anabolisme : augmentation du stock d’énergie saine.
  • le VIII correspond au catabolisme : élimination d’énergie viciée et régénération.
  • la V correspond à la gestion globale de l’énergie (qu’elle soit saine ou perverse), c’est la banque qui règle les dépenses entre la II (entrée) et la VIII (sortie).
  • la XI indique les pertes d’énergie saine : hémorragies, vomissements, diarrhées, perte de salive, incontinence...

 

3. Maisons cadentes ou mutables : III – IX et VI – XII

Elles sont en relation avec les signes communs et expriment des rapports d’espace.

  • la III indique les petites distances et les mouvements de faible amplitude.
  • la IX indique les grandes distances et grands déplacements.
  • la VI correspond à une distance nulle c’est-à-dire à l’intégration à l’environnement (« adaptabilité au ici »). En VI il y a identification au milieu extérieur. Dans l’organisme cela correspond aux milieux collectifs comme le sang, la lymphe, ainsi qu’aux systèmes régulateurs d’adaptation au milieu extérieur.
  • la XII correspond à un éloignement infini (notion d’exil) et à la présence d’un élément étranger au sein du milieu ambiant.

 

Classement quaternaire

1. Maisons FEU : I – V – IX

Elles sont en rapport avec les signes de FEU et correspondent aux mouvements de l’énergie.

  • la I projette l’énergie et lui donne l’impulsion. Au niveau alchimique, elle correspond au principe du Souphre.
  • la V contrôle et dirige l’énergie, lui permettant de se prolonger. Elle correspond au Sel alchimique.
  • la IX permet une expansion et une transposition de l’énergie sur des plans plus subtils après qu’elle ait été transcendée. Elle est en rapport avec le Mercure alchimique (qui se sublime).

 

2. Maisons TERRE : II – VI – X

Elles sont en rapport avec les signes de TERRE et correspondent à la matière.

  • la II condense l’énergie en matière, elle fabrique la matière par le métabolisme.
  • la VI répartit la matière équitablement au sein du milieu intérieur (en la divisant à l’infini : voir la fonction séparative de la Vierge).
  • la X choisit le type de structure matérielle (cellule ou tissu) qui doit recevoir une impulsion énergétique spécifique. La X est notamment en rapport avec l’axe hypothalamus-hypophyse dans sa fonction de tour de contrôle des glandes endocrines. C’est la X qui induit et contrôle le métabolisme opéré par la II, afin que l’assimilation soit effectuée par la VI.

 

3. Maisons AIR : III – VII – XI

Elles sont en rapport avec les signes d’AIR et indiquent les rapports entre le milieu extérieur et le milieu intérieur.

  • la III correspond aux échanges réguliers, dans les deux sens, entre l’extérieur et l’intérieur (Ex: la respiration en rapport avec les Gémeaux).
  • la VII marque l’influence d’un élément extérieur sur le milieu intérieur, voire son intégration dans le milieu intérieur (comme une greffe par exemple).
  • la XI correspond au passage, souvent involontaire, d’un élément du milieu intérieur vers l’extérieur (comme une hémorragie).

 

4. Maisons EAU : IV – VIII – XII

Elles sont en rapport avec les signes d’EAU et indiquent les influences psychiques, et sont en relation avec le karma (expression du Solve et Coagula des alchimistes ou action des causes et des conséquences).

  • la IV est en rapport avec les causes karmiques, les origines, les raisons qui nous poussent à nous incarner dans certaines conditions de contingence.
  • la VIII est en rapport avec l’épigénèse c’est-à-dire la capacité à générer de nouvelles causes dont les conséquences se manifesteront au moment où on l’aura décidé. Elle indique le processus de transformation qui s’opère en chaque individu qui s’efforce de prendre en charge sa destinée.
  • la XII est la destinée mûre, c’est-à-dire l’énergie karmique dont l’échéance de manifestation ne peut plus être reportée. C’est l’ardoise !
AG33
Posté le 03/01/2009 13:58:47 voir Piobb, L'évolution de l'occultisme, page 161
Invité
Posté le 15/10/2018 10:21:54