Le Mat

Le Mat.jpg

Nous voici arrivés à l'une des énigmes centrales du Tarot, la carte sans numéro : Le Fou ou Le Mat. Une figure déjà présente dans les plus anciens tarots connus. Dans le Tarot de Charles VI, c'est une figure de géant de plus de quatre mètres avec un bonnet jaune aux oreilles d'âne. Entre ses mains se tient une corde enfilée à travers quatorze disques d'or, ou des grosses perles, ou peut-être des clochettes de cuivre ; quatre jeunes gens jouent à ses pieds.

La figure du Tarot des Visconti est assez différente et préfigure déjà l'image qui deviendra traditionnelle. Un pauvre hère doté de trois goitres et portant sept plumes d'oiseau dans les cheveux est vêtu de hardes usées à un point tel que ses chaussettes délabrées laissent voir ses pieds. Il tient sur l'épaule une massue. Ce fou est parent du miséreux du Tarot de Mantegna. Un masque bien connu à Bergame, Gioppino, porte également trois goitres et permet d'établir une parenté lombarde pour cette figure de ce jeu.

Dans le Minchiate, on trouve aussi la figure d'un géant, ou peut-être simplement d'un adulte parmi des enfants. Il porte le costume traditionnel des fous, avec cape et clochettes, ainsi qu'une marotte. D'autres figurations contribueront au prochain développement de cette figure, jusqu'à la représentation du Mat traditionnel.

Celui-ci montre un homme barbu portant une besace au bout d'un bâton tenu de la main gauche et ses vêtements sont parsemés de clochettes. Dans sa main droite, il tient un bâton de marche. La qualité graphique du dessin est très forte et ne doit rien aux cartes qui l'ont précédé.

Derrière Le Mat saute un chien, et le dessin montre que la culotte du personnage est largement trouée.

Un problème important, auquel il a déjà été fait allusion, est de décider si Le Mat fait partie des lames majeures, les atouts, ou au contraire de la série des lames mineures, comme notre actuel joker. Les deux points de vue peuvent se justifier, mais des présomptions assez fortes inclinent à le placer avec les rois, reines, cavaliers, valets. Alors Le Mat, Le Fou, appartient bien à ce monde de cour dont il est à la fois l'amuseur et le sage.

De toute façon, il faut comprendre l'origine des références iconographiques. Géant, Le Mat l'est à coup sûr dans le Tarot de Marseille ; sa tête déborde d'ailleurs du cadre supérieur, comme si celui-ci ne pouvait contenir sa taille. Une première idée consiste à rapprocher l'image, de la figure du Juif errant, ou encore de certaines figurations de l'Enfant prodigue, telles que l'on en trouve des exemples dans la peinture : une sorte de mendiant rejeté de tous et poursuivi par les chiens. On peut aussi comparer Le Mat à un portrait de Gargantua, illustrant une des premières éditions de l'œuvre ; le personnage est en marche, avec un gros grelot sur le dos. On peut le comparer à un autre géant, saint Christophe portant l'Enfant Jésus qui tient le globe terrestre sur ses épaules... Toutes ces images se recoupent assez bien. Le symbolisme du grelot ramène en effet vers Gargantua qui mangeait des pierres sonnantes. Il existe un rapport étroit entre le grelot et la terre elle-même ; il apparaît, par exemple, dans le hochet souvent représenté comme un globe terrestre environné de clochettes - sceptre dérisoire du fou. Vu sous cet angle, Le Mat est l'homme lié à la terre, à l'état élémentaire, en opposition avec les rois et autres seigneurs dominant cette terre. D'un côté, ils méprisent le fou, de l'autre ils savent qu'il représente quelque chose d'essentiel puisqu'il s'agit d'un être investi des forces et des réalités naturelles.

C'est ce thème de l'homme lié aux forces naturelles, à la recherche de son identité, que l'on retrouve sous des formes différentes chez la plupart des commentateurs, bien que presque tous intègrent cette figure dans la série des lames majeures.

Oswald Wirth remarque bien que la ceinture se compose de plaques (ou de clochettes)... sans doute au nombre de douze, par analogie avec le Zodiaque, car elle encercle le corps d'un personnage cosmogonique d'extrême importance. Le Fou représente, en effet, tout ce qui est au-delà du domaine intelligible, donc l'infini extérieur au fini, l'absolu enveloppant le relatif. Il est Apsou, l'abîme sans fond, l'ancêtre des dieux, que ceux-ci reléguèrent hors du monde lorsqu'ils résolurent de se créer un empire... ».

Van Rijnberk voit dans Le Mat l'inverse du Bateleur : « Le Bateleur est celui qui est libre parce qu'il suit la loi ; Le Mat est libre non parce qu'il enfreint les lois, mais parce qu'il se meut dans un monde où il n'y en a pas. Tour à tour dominé par la force du destin, et dominateur des courants de l'Astral, tour à tour halluciné, visionnaire et sorcier consciemment ou inconsciemment, il poursuit sa marche, insouciant des morsures, des calamités, des déboires, insouciant surtout du grand abîme qui s'ouvre à ses pieds ». On trouve cet abîme représenté chez Waite qui fait du personnage l'inverse de la figure traditionnelle fatiguée et courbée ; son fou est redressé fièrement et son chien ne le poursuit pas, mais l'accompagne joyeusement !

Parfois les occultistes placent dans la figure l'image d'un crocodile. Pitois et Falconnier en font le symbole du néant ; Le Fou est un athée. Entre cet athée qui ne voit pas la lumière divine et le fou de cour, compagnon des rois, amuseur mais susceptible de formuler des vérités essentielles, comme peuvent le faire les fous de Shakespeare, il y a place pour une multitude d'interprétations et d'identifications. On peut y voir l'inconstance du sort, mais également le fou de Dieu, le shaman en contact avec les forces de l'univers, le saint fait homme...

A noter que certains interprètes comme Falconnier lui donnent le numéro d'ordre 21 et placent cette figure entre Le Jugement et Le Monde. Etteilla en fait la lame 78. Paul Marteau la met à la fin de la série des atouts mais pense qu'on pourrait la placer à la suite du Chariot ou de La Tempérance. Toutes ces interprétations divergentes illustrent la complexité du Mat d'autant plus, rappelons-le, que cette image fait vraisemblablement partie de la série des lames mineures avec les rois, reines, cavaliers et valets.

  • Interprétation de Pitois
    Interprétation de Pitois
  • Tarot des Visconti
    Tarot des Visconti
  • Tarot de Mantegna
    Tarot de Mantegna
  • Tarot populaire suisse
    Tarot populaire suisse
  • Tarot "à deux têtes" italien contemporain
    Tarot "à deux têtes" italien contemporain
  • Tarot de Marseille
    Tarot de Marseille
  • Tarot de Wirth
    Tarot de Wirth
  • Tarot espagnol
    Tarot espagnol
  • Tarot de Waite
    Tarot de Waite
Source : Les Tarots, Brian Innes
Invité
Posté le 24/01/2019 04:58:24