XI La Force

XI La Force.jpg

Cette vertu est représentée par un petit nombre de variantes. La figure du Tarot de Charles VI se réfère à l'épisode biblique de Samson brisant les colonnes du Temple, tandis que les autres empruntent à la légende d'Hercule terrassant le lion de Némée.

Cependant, certains détails diffèrent. Le Tarot des Visconti montre l'homme armé d'une massue. Ce n'est plus le combat à main nue de deux forces vitales, animales et humaines, luttant pour ainsi dire à égalité ; c'est déjà l'utilisation d'un outil et, d'une certaine manière, un mode de tricherie. Or Jung notera : « ... Il est frappant que les héros tueurs de lions, Samson et Hercule, soient dans le combat démunis d'armes [...] le héros est démuni d'armes parce qu'il lutte contre lui-même. »

Le Tarot de Marseille reprend le thème de la lutte de l'intelligence contre la force brutale ; le grand chapeau en forme d'infini, analogue à celui que porte Le Bateleur, participe de cette intellectualité. Comme l'exprime Van Rijnberk : « La Force du Tarot est le symbole de la pureté morale, de l'innocence parfaite qui trouve dans cet état même les énergies du combat. »

C'est dans cet esprit qu'Oswald Wirth développe son commentaire : « Ce n'est point la vigueur physique, celle des muscles, que glorifie l'arcane XI ; il s'agit de l'exercice d'une puissance féminine, bien plus irrésistible dans sa douceur et sa subtilité que toutes les explosions de la colère et de la force brutale. » Il y voit par ailleurs l'opposition du Lion du Zodiaque avec la Vierge ; lion solaire desséchant les moissons et finalement vaincu par la Vierge dont il a mûri les moissons.

A partir d'une figure aussi simple d'apparence, deux directions de recherche viennent donc se présenter à l'esprit. La première découle de la remarque de Jung et propose l'étude des relations entre le Tarot et l'inconscient, en fonction des analyses de la psychologie moderne, étude précieuse qui prendra sans doute plus d'importance dans l'avenir. La seconde voie de réflexion concerne les rapports du Tarot avec l'astrologie, depuis longtemps explorés par certains occultistes, en particulier Lévi et Pitois. Notons que ce dernier précise que la jeune fille ferme la gueule du lion. Falconnier dira : « Une jeune fille ouvre et ferme la gueule d'un lion... » Alors que pour Wirth « la reine maintient les mâchoires écartées ». On dira que l'essentiel réside dans la facilité avec laquelle est réussie l'opération, mais les différences sont curieuses à observer. Les filiations entre occultistes sont d'ailleurs souvent tout à la fois évidentes et subtiles. Ainsi, Pitois écrit de cette lame : « C'est l'emblème de la force que donne la foi en soi-même », tandis que Falconnier l'interprète comme « symbole de la force en soi-même acquise par l'éducation de la volonté et l'expérience de la vie »... Est-ce un approfondissement ou le désir de ne pas citer ses sources ?

Quoi qu'il en soit, le fait d'ignorer si la femme ouvre ou ferme la gueule du lion introduit un élément de trouble dans cette figure.

  • Interprétation de Pitois
    Interprétation de Pitois
  • Tarot des Visconti
    Tarot des Visconti
  • Tarot de Mantegna
    Tarot de Mantegna
  • Tarot populaire suisse
    Tarot populaire suisse
  • Tarot "à deux têtes" italien contemporain
    Tarot "à deux têtes" italien contemporain
  • Tarot de Marseille
    Tarot de Marseille
  • Tarot de Wirth
    Tarot de Wirth
  • Tarot espagnol
    Tarot espagnol
  • Tarot de Waite
    Tarot de Waite
Source : Les Tarots, Brian Innes
Invité
Posté le 21/01/2020 04:35:28