XVII L'Etoile

XVII L'Etoile.jpg

Il est difficile de trouver dans la cosmologie médiévale un rapport direct avec cette lame du Tarot. Le système des planètes tournant autour de la Terre ou les différents cercles de la sphère céleste avec le premier mouvement ou la première cause figurent bien dans le Tarot de Mantegna, mais rien de tel ici. La représentation du Tarot des Visconti est une simple allégorie qui, avec les lames suivante Lune et Soleil, suffit à figurer, dans le Tarot, notre univers. Le costume de la femme est parsemé d'étoiles et elle contemple une belle étoile à huit branches posée sur sa main gauche. Le personnage domine un paysage de prairies et de montagnes. Les couleurs de ses vêtements retiennent l'attention : robe bleue et cape rouge doublée de vert. Notons que cette figure n'est pas attribuée à Bembo mais à Cicognara. Il est dommage que la carte correspondante du Tarot de Charles VI n'ait pas été conservée. Peut-être était-elle parente de l'image proposée par le Minchiate, qui montre un cavalier porteur d'un calice et marchant guidé par l'étoile des Mages. Mais dans ce cas précis, rien n'est sûr.

Le Tarot de Marseille transforme radicalement l'illustration. La femme est nue et verse de l'eau de deux amphores tenues dans ses mains. Dans le firmament, sept étoiles en encadrent une huitième et l'on peut voir dans cet ensemble la constellation des Pléiades. Le paysage comporte deux arbres et sur l'un d'eux figure un oiseau noir.

Cette lame pourrait aussi bien s'appeler La Source, et l'on voit sur des peintures représentant le baptême du Christ un personnage analogue alimentant le fleuve du Jourdain de l'eau de ses amphores. Est-ce la colombe de l'Esprit-Saint qui se trouve alors métamorphosée dans l'oiseau noir du Tarot ? L'hypothèse est fragile. Il y a là une petite énigme, bien que l'oiseau, comme tous ses pareils, puisse s'interpréter comme symbole de la vie individuelle, de la vie de l'âme. Pour cette raison Oswald Wirth transforme l'oiseau en papillon : « Le papillon de Psyché s'est posé sur la corolle au suave parfum des sentiments délicats, qu'éclaire une intelligence affinée parvenue à se dégager de toute grossièreté ». Il est vrai que, dès l'origine, Court de Gébelin voyait un tel animal sur cette carte bien qu'il n'ait pas songé à faire dessiner un papillon sur le Tarot de son livre. Il écrit : « ... Le bas du tableau est occupé par une femme penchée sur un genou qui tient deux vases renversés dont coulent deux fleuves. A côté de cette femme est un papillon sur une fleur. C'est l'égyptianisme pur. Cette étoile, par excellence, est la Canicula, ou Sirius... La Dame qui est au-dessous, et fort attentive dans ce moment à répandre l'eau de ses vases, est la Souveraine des Cieux, Isis, à la bienfaisance de laquelle on attribuait les inondations du Nil... Enfin, la fleur et le Papillon qu'elle supporte étaient l'emblème de la régénération et de la résurrection : ils indiquaient en même temps qu'à la faveur des bienfaits d'Isis, au lever de la Canicule, les campagnes d'Egypte, qui étaient absolument nues, se couvriraient de nouvelles moissons »

Cette citation est intéressante dans la mesure où elle montre bien la démarche de pensée de l'auteur : à partir d'intuitions et de références il déduit des conséquences (qui ne sont d'ailleurs pas toutes fausses) et semblent en accord avec elles ; pas plus que celles de Wirth, Pitois ou Falconnier, puisqu'en ce domaine, l'approche personnelle constitue l'essentiel.

En ce qui concerne l'interprétation de L'Étoile, Pitois, qui en fait l'étoile des Mages, y voit l'Espérance. Effectivement, la source est un gage de fertilité. La figure se rapproche de nombreuses divinités des Eaux présentes dans les religions anciennes. Anahita, identifiée à Vénus chez les Perses, devenue Aphrodite née de la vague de la mer et surgie nue sur le rivage. Le Tarot de Mantegna la représente ainsi. Vénus est alors symbole des planètes et des étoiles ; promesse de plaisir heureux, plénitude de la naissance et du renouveau. Une étoile qui symbolise l'espérance et la promesse d'un salut.

On est d'autant plus surpris et choqué de voir chez Etteilla et dans le Tarot espagnol, La Mort placée dans ce numéro superbe.

  • Interprétation de Pitois
    Interprétation de Pitois
  • Tarot des Visconti
    Tarot des Visconti
  • Tarot de Mantegna
    Tarot de Mantegna
  • Tarot populaire suisse
    Tarot populaire suisse
  • Tarot "à deux têtes" italien contemporain
    Tarot "à deux têtes" italien contemporain
  • Tarot de Marseille
    Tarot de Marseille
  • Tarot de Wirth
    Tarot de Wirth
  • Tarot espagnol
    Tarot espagnol
  • Tarot de Waite
    Tarot de Waite
Source : Les Tarots, Brian Innes
Invité
Posté le 10/12/2019 23:01:43