Portrait Spécial : Éric Pier Sperandio (Par Mystic Forest)

Répondre
Invité Invité
Posté le 20/02/2012 14:31:34
Trouver sur le NET!

Exceptionnellement, j’aimerais dresser un « portrait éditorial » sur des titres publiés par Quebecor d’Éric Pier Sperandio qui est journaliste depuis plus d’une vingtaine d’années, et présenté comme étant l’auteur de nombreux ouvrages traitant d’ésotérisme et d’occultisme.
Pour être franche, l’envie de rédiger cet article me taraudait depuis un bon moment déjà. Il aura fallu la remise sur le marché de certains titres pour me décider enfin à prendre le taureau par les cornes… ou plutôt les livres par les pages.
Allez, suivez le lapin blanc et ne lâchez pas ma main ! Vous risqueriez de vous égarer au pays fascinant ou terrifiant (au choix) du « grand n’importe quoi ésotérique ». Après lecture, vous comprendrez pourquoi vous ne verrez jamais un seul des livres Quebecor dans ma chronique thématique, même pas sous la dénomination « À fuir ! »

La genèse...
Toute saga digne de ce nom commençant par le début… même si c’est la fin que j’appelle de mes voeux à Ste-Rita. Direction donc le Québec.
Vers 1997, Éric Pier Sperandio semble avoir flairé un bon filon éditorial grâce à un livre qui va sceller sa réorientation professionnelle : La magie blanche – Recettes de sorcières. Livre à la piètre qualité, copieusement égalée, et (trop) souvent réédité.
Dès sa publication, c’est un carton. La déferlante provoquée par Buffy et ses vampires, Charmed et le plus célèbre sorcier anglais binoclard y sont incontestablement pour quelque chose. Il n’a fallu attendre que peu de temps avant qu’un second opus nous tombe dessus (mais aïe !) ainsi qu’un troisième, suivi de près par un quatrième, ce qui n’était pas nécessaire.
Dans un laps de temps assez restreint, plusieurs livres estampillés « Éric Pier Sperandio » fleurissent comme des pâquerettes dans les librairies. Difficile de passer à coté, ce sont des titres publiés à grand tirage… donc, très bien pour allumer le feu.
À cette époque, on aurait même pu croire que « Sperandio » désignait une sous-branche thématique de l’éditeur ! Il n’empêche que c’est à se demander comment il a fait, parce que même si l’épaisseur laisse autant à désirer que le contenu, et que Marc-André Ricard a été rajouté dans l’équation comme co-auteur, une telle vitesse d’édition ne peut que laisser songeur quand on sait tout le temps que réclame l’écriture. Sans parler des longues heures de relectures, de corrections et d’affinage. Bref, pas besoin d’avoir fait de hautes études pour comprendre que bon nombre de ces bouquins ne sont même pas de l’auteur et ont été écrits par d’autres. Voilà comment on s’est retrouvés avec des bouquins parmi les plus piteux de l’édition ésotérique francophone.
Bref, Quebecor inonde le marché de ses bouquins « discount » qui, quand ils ne sont pas de Sperandio, nous viennent d’auteurs sortis d’on ne sait où, avec des noms invraisemblables. Dans cette avalanche commerciale, on trouve même des livres de magie noire signés par l’obscur Abraxas. Alors, référence démoniaque réelle ou délire sorti des scénarios de Charmed ? Vous verrez que cette note aura son importance un peu plus tard.
On pourrait s’interroger sur le pourquoi d’une telle ampleur éditoriale, et la seule hypothèse qui me soit venue à l’esprit serait celle d’une maladroite tentative d’imiter le « grand frère » américain Llewellyn Worldwide. Malheureusement, un détail important a été oublié chez Quebecor : malgré quelques ratés, Llewellynn propose quand même d’assez bons livres.

Pourquoi fuir ses livres ?
C’est la bonne question que serait tenté de se poser toute personne qui n’a jamais entendu parler de Sperandio. Ne le connaissant pas à titre personnel, on ne peut parler que des livres et ce sont bien eux qui navrent toute personne qui s’y connaît réellement et surtout qui pratique sérieusement la Magie.
Pour commencer, nous avons affaire avec quelqu’un, qui l’avoue lui-même de façon inconsciente dans les écrits, qui n’a sans doute JAMAIS PRATIQUÉ LE MOINDRE RITUEL de sa vie ! Que quelqu’un écrive sur un sujet après l’avoir étudié avec soin, même sans avoir pratiqué, c’est limite, mais ça pourrait encore ne pas être un problème tant que c’est fait avec rigueur. Là, on est à des années-lumière de ce qu’un praticien aguerri pourrait proposer aux lecteurs.
Ceux qui l’ont vu en interview tiennent même ce genre de propos : « Lui ne croit même pas à la magie, selon ce qu’il a dit à la télé, ça en dit long sur la valeur du contenu de ses livres. »
Les promesses éditoriales annoncent pleinement la couleur sur les quatrièmes de couverture. Voyez par vous-même :
« Vous désirez ardemment certaines choses, mais, comme la plupart des gens, vous ne savez pas toujours comment vous y prendre pour les obtenir ?? Ce livre vous invite à découvrir un monde fascinant, grâce auquel vous pourrez désormais attirer à vous tout ce que vous souhaitez. »
« Bien qu’ils soient issus d’une expérience ancestrale éprouvée, leur mise en pratique n’exigera jamais un grand savoir de base ni d’aptitude particulière. De plus, vous trouverez facilement au supermarché de votre quartier tout ce qu’il vous faudra pour réaliser vos recettes magiques. »
Traduction : peu importe ce dont vous avez besoin, il y aura toujours dans nos livres mille-et-un rituels de Prisunic qui vous laisseront croire que la magie pourra tout résoudre à votre place.
Voilà tout à fait le genre d’ouvrages dont les sortilèges vous promettent monts et merveilles sans avoir à se fouler. N’importe qui trouverait ça cool. Sauf qu’un praticien connaissant l’Art de la Magie sait pertinemment que si cette dernière était aussi facile que ça à pratiquer, tout le monde le ferait déjà ! La véritable Voie Magique est un cheminement spirituel qui réclame beaucoup de travail et d’étude ; une façon d’appréhender le Divin en soi et autour de nous, de mieux se connaître afin de développer pleinement son potentiel.
Sans la moindre exception, les rituels présentés ici sont désespérément niais, simplistes et insipides, quand ils ne sont pas faux et/ ou incomplets. Surtout, ils sont dénués des fondements les plus élémentaires en Magie (on vous parlera que de superstitions), on passera outre la Loi d’Analogie (qui est fondamentale) dans les éléments employés dans ses rituels, comme par exemple les encens qui ne qu’un descriptif provenant des produits de deux entreprises (Parfum des Mages et Blue Pearl). Bien sûr, il préfère les encens genre cônes et bâtonnets alors qu’ils n’ont en vérité qu’un impact très faible niveau énergétique et vibratoire. Ce n’est pas dans le premier tome de la magie blanche qu’on vous parlera de ce qu’utilisent réellement les praticiens : les résines et autres poudres brûlées sur des charbons ardents.
« Gardez un esprit ouvert, mais ne vous laissez pas entraîner dans des pratiques que vous jugez équivoques. » (Magie blanche – tome 1) Bien sûr… et la 1ère moitié des rituels du livre conçus pour vous encourager à bafouer le libre-arbitre d’autrui avec les pratiques équivoques de magie amoureuse, qu’est-ce que c’est ? Bravo pour un auteur qui se dit être un praticien expérimenté !
« La magie est un outil puissant. Lorsqu’elle est bien maîtrisée, elle permet d’acquérir n’importe quoi. » Cela résume à merveille les livres de magie de Sperandio et de Quebecor en général.
Des titres tels que « L’école des sorciers et sorcières » ou encore « Transformer sa chambre en lieu magique » sont non seulement farcis de rituels frisant le ridicule, mais ils apportent la preuve qu’ils sont destinés à des ados pré-pubères.
« Évidemment, il faut quelques conditions préalables à la réalisation de ce souhait : faire preuve d’une grande sincérité et être prêt à s’investir dans une relation amoureuse ; accepter de porter la responsabilité de chacun de ses actes ; vivre en harmonie avec les lois de la nature et de la spiritualité… et acquérir des connaissances en magie ! » (Magie blanche – tome 2)
« Vous ignoriez probablement ces faits, comme la majorité des gens d’ailleurs, mais l’ignorance n’est pas un mal si l’on accepte d’apprendre. » (Magie blanche – tome 1)
Ben voyons… Ni vu, ni connu, je t’embrouille ! Venant de quelqu’un qui se dit spécialisé et qui n’y connaît pas plus qu’un débutant, c’est tout de même un comble. Pour que ça marche, encore faut-il que le cerveau des lecteurs se mette automatiquement sur « OFF » et que l’on arrête de se poser des questions.
Un cas d’école en psychiatrie ?
Initiation à la magie blanche et à la magie noire est tout un poème, et ce rien que dans le titre. C’est bien la première fois que ces deux « couleurs » sont réunies dans un seul tome. Amusant à première vue et vous allez comprendre pourquoi il mérite que l’on s’y intéresse de plus près… enfin, pas trop quand même.
Rien qu’au nom des auteurs, j’ai failli m’étrangler : Sperandio & Abraxas ! Vous vous souvenez de l’obscur auteur des livres de magie noire à deux sous dont nous avons parlé au début ? Alors là, l’invraisemblance atteint son apogée la plus zénithale parce que vous avez affaire à un auteur qui a écrit un livre en collaboration avec lui-même. Autant que vous le sachiez : « Abraxas » est le pseudo que Sperandio s’est donné pour écrire des livres de magie noire. Difficile de se tromper en comparant leur style d’écriture. « Écrit par deux spécialistes du sujet… » Ben voyons ! Histoire que puissiez vous faire une idée plus précise de ce dont nous parlons, voici un extrait de l’Introduction. Rien n’a été altéré, ce sont bien les mots figurants dans le livre :
« Il y a une quinzaine de mois, j’ai donc approché Abraxas, un sorcier qui, lui, se réfugie dans l’anonymat, mais qui n’en a pas moins signé trois livres de magie noire à succès, et qui, dans l’approche de la magie, autant que dans le style d’écriture, a certaines affinités avec le style de mes ouvrages. Ma question était simple : pouvions-nous collaborer à un livre ? Pouvions-nous faire quelques chose d’intéressant, d’informatif, mais aussi de pratique ? Après des heures de discussion, d’emportements et de poings sur la table ; après des menaces, avouons-le, nous nous sommes entendus. Je pouvais – et c’était ma condition – garder le contrôle sur le produit final. Vous l’avez aujourd’hui entre les mains. Alors, fini les tergiversations – j’espère que vous apprécierez cet ouvrage.
Éric Pier Sperandio »
Aberrant, non ? La seule conclusion qui me vient à l’esprit est que l’auteur (utilisons le singulier) fait preuve avec maestria :
1/ soit d’un foutage-de-gueule extrême dans l’art de prendre les lecteurs pour des idiots. Parce que ce genre de délire est tout à fait possible dans le monde de l’édition, mais c’est vraiment de la mystification éhontée ;
2/ soit d’un cas de dédoublement de la personnalité que la psychiatrie trouverait très intéressant à étudier. Ce qui m’a rappelé une blague qui convient très bien ici : « Bonjour, avant j’étais schizophrène, mais maintenant nous allons beaucoup mieux. »
Mais pour en revenir au livre, il ne présente pas beaucoup d’intérêt puisqu’il s’agit grosso modo d’un patchwork grossier des autres livres de magie blanche et de magie noire passés au mixeur, sans doute pour que l’on n’y voie que du feu. Il n’en reste pas moins qu’à force de servir du réchauffé, ce genre de mixture en devient indigeste.

Des graphismes… euh…
« stupéfiants »....
Pour citer Baudelaire : « Parce que le beau est toujours étonnant, il serait absurde de supposer que ce qui est étonnant est toujours beau. »
Généralement, quand on cherche à vendre des livres, on leur attribue un visuel accrocheur. Il y a pourtant des exceptions qui confirment la règle.
Concernant les couvertures des livres de Sperandio et leurs rééditions, il y en a certaines qui sont pas mal du tout, surtout parmi les dernières rééditions dont voici celles qui ont eu ma préférence (seulement à ce niveau-là) : Par contre, il y en a surtout eu pas mal d’étonnamment laides ; Quebecor ayant réussi le pari improbable d’en faire qui soient encore plus honteuses que le contenu du livre. Même si la tendance est à l’amélioration, cela ne nous a pas empêché d’avoir eu droit au char d’assaut du mauvais goût, parmi les pires réalisations de tous les temps. Voyez quelques exemples : Bien qu’un auteur puisse avoir son mot à dire quant à la couverture de ses ouvrages, il faut savoir que c’est surtout l’éditeur qui en décide au final. Donc, ce n’est pas l’auteur qui s’occupe de dessiner l’image que vous voyez sur le livre. Soit, mais ce sont pourtant quelques-unes de ces « oeuvres » qui contribuent à véhiculer tout le sérieux et la crédibilité (chutant à pic) d’Éric Pier Sperandio.
Regardez un peu la 2ème édition du tome 4 de la série Magie Blanche (au 1er rang, la dernière), si ce n’est pas une métaphore du fait que l’on prenne les lecteurs pour des poires, c’est à se poser des questions.
Bref, entre des illustrations à l’abstractif aléatoire et des graphismes destinés à de l’heroic fantasy pour enfants de moins de dix ans, moi j’ai jeté l’éponge. À se demander si les graphistes de Quebecor n’ont pas été sous ecstasy pendant un temps pour se retrouver « tout perchés » comme ça.
En conclusion
Si vous avez l’occasion d’emprunter ces titres à la bibliothèque, profitez-en. Cela vous permettra d’évaluer par vous-même les informations qui seraient les plus pertinentes sans pour autant plomber votre compte bancaire, ni occuper de la place inutilement sur les étagères. Parce qu’il faut bien ce genre d’ouvrages catastrophiques pour encore mieux apprécier ce que peuvent donner de bons livres écrits par des praticiens qui s’y connaissent.
Encore que… J’écris ça, mais trouver quelque chose d’intéressant là-dedans revient à vouloir trouver des trèfles à quatre feuilles. Pour le temps que vous allez y passer, le dos cassé, le nez dans la pelouse, vous n’en trouverez pas beaucoup, et cela vous dégoûtera à vie des sorties dans la nature !
Ceux qui étudient depuis quelques années l’ésotérisme savent pertinemment que ce genre de sujet n’est pas donné à tout le monde. Parce que, qu’on le veuille ou non, la Magie est élitiste et ce n’est pas tout un chacun qui a la carrure nécessaire pour entreprendre une voie d’étude et de travail qui peut durer toute une vie. Dans un mode de vie comme le notre régit par le « tout tout de suite », c’est normal. Sur cent personnes qui commencent, combien sont-ils encore plusieurs années après ? Infiniment moins.
Les lecteurs auront beau être un peu mieux informés qu’au départ, cela n’empêche pas que d’autres continuent de se faire avoir, encore novices et/ou trop aisément séduits par une facilité finalement illusoire. Ce que j’accorde à Sperandio et aux livres « pièges-à-touristes » comme je les appelle, c’est d’occuper ceux qui se penchent sur l’occultisme sans pour autant être prêt à s’y investir réellement et pleinement.
Il n’en reste pas moins qu’au final, les livres d’Éric Pier Sperandio sont à l’édition ésotérique ce que les fast-foods sont à la gastronomie : une vaste blague.
Alors, qu’est-ce qu’on peut retenir de tout ça ?
1/ Qu’Éric Pier Sperandio prétend vouloir vous apprendre la Magie alors qu’il ne l’a jamais pratiquée lui-même... sans compter qu’il n’y croit même pas, sauf pour ses droits « d’auteur ».
2/ Que les graphistes des éditions Quebecor ont parfois coutume de claquer leur salaire en drogue.
3/ Que l’éditeur n’hésite pas à vous proposer un livre écrit par un écrivain schizophrène. À se demander ce qui fabrique Ste-Rita.
Allez, une petite devinette pour la route : un auteur « low cost » et un éditeur que la peur du ridicule n’effraye pas sont sur un bateau. Qui tombe à l’eau ?
Réponse : les lecteurs
Répondre
Invité Invité
Posté le 20/02/2012 14:51:29
Voici des critiques trouvé sur le site amazon.fr sur les livres de Mystic Forest.
Franchement Mystic Forest, c’est l’hôpital qui se moque de l’infirmerie, Ah ! Ah ! Ah !

Réponse : Si vous lisez l'anglais, courez acheter "Cunningham's Encyclopedia of Crystal, Gem, and Metal Magic", de Scott Cunningham. Vous aurez ainsi l'original. Pourquoi dis-je l'original ? Parce que des pans entiers de cet ouvrage se retrouvent maladroitement traduits dans cette "encyclopédie", mot à mot. Et ça, j'aurais bien aimé le savoir avant de l'acheter, parce que je possède déjà quelques livres de Scott Cunningham ! De même, on y retrouve un patchwork d'emprunts de l'"Encyclopédie des plantes magiques" du même auteur, et de son "The Complete Book of Incense, Oils & Brews" (très récemment traduit en français sous le titre "Le livre complet sur l'encens, les huiles et les infusions").
Bref, un gaspillage d'argent, une auteure pas très sérieuse et visiblement néophyte, qui poste comme par hasard un commentaire élogieux sur son propre livre (on aura tout vu). Méfiez-vous, avant d'acheter. Vous aurez une encyclopédie tout-en-un sur deux sujets différents pour le prix de... deux livres !

Concernant les pierres (c'est mon métier), je ne peux que vous conseiller les ouvrages d'un vrai spécialiste : Reynald Georges Boschiero, qui écrit sur le sujet depuis des années maintenant, et dont le dictionnaire de lithothérapie est magnifiquement illustré. Ou alors Le guide des cristaux, très beau, très bien illustré et complet.
Pour les plantes et les encens, fiez-vous à Scott Cunningham dont je cite les ouvrages ci-dessus.
Vous ferez une bien meilleure affaire en achetant deux livres de spécialistes reconnus, plutôt qu'un livre copié-collé que n'importe qui aurait pu écrire.

Autres critiques : Si vous cherchez un bon bouquin sur le sujet, je crois que l'Encyclopédie des plantes magiques de Scott Cunningham est de très loin supérieure à ce bouquin qui est TRÈS MAUVAIS! Que du copié/collé, plagiat et j'en passe.
Je vous recommande d'y aller pour l'original tant qu'à perdre votre argent sur ce livre (minable) écrit avec une odeur de plagiat incroyable.
Premièrement, l'auteure semble avoir copié intégralement Scott Cunningham, changeant des mots ici et là... Ou serait-il possible que l'auteure soit nul autre que ce cher canadien Eric Piere Sperandio!!!??? Oh làlà!!
L'auteure ne semble vraisemblablement n'avoir aucune notion de la magie blanche ou de l'ésotérisme et de dire qu'une plante peut faire ceci ou celà... trop facile à dire pour duper quiconque.
Allez-y pour ma recommandation de Scott Cunningham. Au moins vous avez un auteur connu qui a fait ses preuves..!
Ma cote est de 1 étoile, car je ne peux pas donner plus bas... un livre à éviter totalement.

Trouver sur le site amazon.fr

Réponse : Mystic Forest vu par Mystic Forest
"Faut avoue, moitié pardonnée" dira le vieu dicton, mais nous savons bien qu'il n'en est pas de même en réalité. Quoi qu'on en dise, je ne pourrai jamais me pardonner à moi-même... pas plus que je me serais crue capable un jour d'une telle monstruosité, bien malgré moi.
Mais aujourd'hui, une vérité va se faire jour.
Concernant Les Quatre Éléments de la Magie Naturelle, il est de mon devoir de vous présenter une collaboratrice formidable dont la plume a signé deux chapitres de la Deuxième Partie (consacrée à l'Air) ; à savoir les phases de la Lune & du Soleil, mais surtout sur les huit sabbats de la roue de l'année.
Il s'agit de Morgause.
Sachez qu'elle mérite amplement le statut de co-auteur de cet ouvrage.
Malheureusement, par ma seule faute, la présente édition ne rend pas justice à sa participation, qui est en quelque sorte une "bande-annonce exclusive" de l'ouvrage qu'elle est en train d'écrire. Et je ne veux pas que qui que ce soit puisse s'imaginer que ce livre en gestation puisse contenir des passages copiés du magie naturelle, puisque qu'ils sont de Morgause dès l'origine. Ce serait tout de même un comble.
Alors, étant à l'origine de cette situation regrettable, il est de mon devoir de vous en informer... pour que l'honneur d'une personne formidable soit sauf, et pour qu'elle ne renonce pas à son projet à cause de moi et de mes erreurs.
Quoi qu'il en soit, je tiens à présenter mes plus sincères excuses, à Morgause en premier lieu, à vous aussi chers lecteurs, ainsi qu'à mon éditeur qui n'est en rien responsable dans cette triste histoire.
"Triste" est d'ailleurs le mot qui convient le plus pour qualifier la présente édition du livre de magie naturelle. Il n'y a à présent plus aucune joie pour la sortie de cet ouvrage qui ne représente plus à mes yeux que tristesse, souffrance et regrets...
~Lise-Marie Lecompte

Trouver sur le site amazon.fr .

Houlala , C'est la Zone !!!
Répondre
Invité Invité
Posté le 11/03/2012 15:48:53
Bonjour, J'ai été très heureuse de lire votre point de vue sur les livres de magie. Il explique mon malaise devant la demande de ma fille de 14 ans de lui acheter un livre de magie blanche.Il y a t-il tout de même quelques livres qui pourraient satisfaire sa curiosité et la faire avancer dans sa spiritualité? Elle et 4 amies desirent se rencontrer et faire un cercle de Wicca.

Merci

www.ltetreault@hotmail.com
Répondre
Invité Invité
Posté le 27/07/2019 10:39:00
Buckland!!!! Cunningham , Farrah !!! Les meilleurs
Répondre
Invité Invité
Posté le 27/07/2019 10:39:07
Buckland!!!! Cunningham , Farrah !!! Les meilleurs
Invité Invité
Posté le 18/10/2019 15:14:50
Gras Italique Souligné Citation Liste à puces Image Lien