III L'Impératrice

III L'Impératrice.jpg

Cette figure est l'une des moins commentées. Gérard van Rijnberk, qui reste le plus savant des spécialistes du Tarot, écrit à propos de cette carte : « Je ne saurais faire aucune remarque sur l'image tarotique de L'Impératrice. » En ce qui concerne son interprétation ésotérique, il ajoute : « Le Bateleur nous rappelle l'essence divine et une qui régit le Monde. La Papesse symbolise l'âme occulte de la Nature ; L'Impératrice, la force motrice par laquelle vit tout ce qui vit. »

Il est certain qu'une figure aussi simple d'aspect, pratiquement sans attribut singulier hormis son blason, ne peut guère s'interpréter que par comparaison. Les recherches historiques concernant le modèle réel ou supposé qui a pu servir à former l'image du Tarot des Visconti ne seront pas d'un réel secours.

Par rapport à La Papesse, on observe facilement le balancement de l'occulte au visible, puisque nous sommes en présence de l'image de la vie créatrice, de la Mère. Ce n'est pas un hasard si certains cartiers de l'époque révolutionnaire ont baptisé cette carte « La Grand-Mère ».

Oswald Wirth en fait « la Vierge immaculée des chrétiens, en qui les Grecs auraient reconnu leur Vénus-Uranie née radieuse des sombres flots de l'Océan chaotique ». Pour cette raison, il entoure le visage d'une série de huit étoiles, adjoint des ailes à l'effigie et lui fait reposer son pied sur un croissant de lune ; autant de détails qui ne se trouvent pas dans les tarots traditionnels. Falconnier conserve les étoiles et la lune en suivant une description inspirée par Pitois. Pour Waite, la figure se trouve placée en pleine nature et il revient à l'idée de la grande déesse de l'Antiquité avec les attributs de Cérès (ou Démeter) représentant la fertilité de la vie ; déesse que l'on trouve figurée assise sur un trône, couronnée d'épis de blé et tenant un sceptre dans sa main. On remarque avec une certaine surprise que la tradition d'Etteilla, illustrée dans la carte espagnole, montre justement la nature dans son épanouissement. Signe que cette iconographie, apparemment gratuite, répond parfois à des considérations fondées. Nous parlions il y a un instant de balancement entre La Papesse et L'Impératrice ; nous l'observons également ici avec le Soleil, lumière de la connaissance, figuré sur la lame II et cette Lune fertile proposée par cette lame III. L'aigle figuré sur le blason a traversé les siècles, puisqu'on le trouve déjà dans le Tarot des Visconti. « Cet oiseau, nous dit Van Rijnberk, est le symbole des forces spirituelles qui ont engendré et maintiennent la vie dans le cosmos ; le désir d'objectivation de l'esprit ; la volupté transcendante qui porte le subjectif à s'incarner dans la matière. »

Les rapports que l'on peut établir entre les premiers numéros des lames majeures et le symbolisme des figures correspondantes ne sont pas toujours évidents. Si Le Bateleur, lié au nombre I, peut s'expliquer, on voit moins bien la raison de La Papesse en II et de L'Impératrice en III comme celle de L'Empereur en IV. D'autres lames seront beaucoup plus significatives.

  • Interprétation de Pitois
    Interprétation de Pitois
  • Tarot des Visconti
    Tarot des Visconti
  • Tarot populaire suisse
    Tarot populaire suisse
  • Tarot "à deux têtes" italien contemporain
    Tarot "à deux têtes" italien contemporain
  • Tarot de Marseille
    Tarot de Marseille
  • Tarot de Wirth
    Tarot de Wirth
  • Tarot espagnol
    Tarot espagnol
  • Tarot de Waite
    Tarot de Waite
Source : Les Tarots, Brian Innes
Invité
Posté le 10/12/2019 23:39:02